Menu

17/07/2020

Rapport : « Demain je pourrai choisir d’habiter avec vous ! »

« Demain je pourrais choisir d'habiter avec vous ! » est le nom du rapport, remis à l'ex premier ministre Edouard PHILIPPE le 26 juin 2020, ayant pour vocation à donner une stratégie nationale pour le déploiement à grande échelle de l’habitat inclusif.

Le développement de l’habitat inclusif constitue une réponse prometteuse pour répondre aux problématiques rencontrées par les personnes, lorsque la vie "chez soi comme avant" n’est plus envisageable, et que la vie collective en établissement n’est ni nécessaire, ni souhaitée.

Dans la continuité de l’impulsion donnée par les dispositions de la loi ELAN, avec la création d’un forfait pour l’habitat inclusif, Edouard PHILIPPE avait chargé Denis PIVETEAU, Conseiller d’Etat, et Jacques WOLFROM, Président du comité exécutif du groupe Arcade, de formuler des propositions pour favoriser le développement de ce type d’initiatives dans les territoires, et répondre ainsi aux aspirations de nos concitoyens.

Ce rapport passe donc en revue, avec méthodologie, les douze principaux freins identifiés au développement de l’habitat inclusif, et exprime pour chacun une série de propositions concrètes, en termes d’évolution ou d’assouplissement des cadres techniques et juridiques en place, de solvabilisation des personnes et des projets, ou de mobilisation des communautés d’acteurs dans les territoires.

Ses auteurs Denis PIVETEAU et Jacques WOLFROM nous donnent l’ensemble de leurs recommandations au service d’une vision d’un habitat "accompagné, partagé et inséré dans la vie locale", permettant aux personnes de "vivre chez soi sans être seul", et de rester des habitants acteurs, et non des résidents accueillis.

Les douze "idées pour l’action" et les cinquante-six propositions qui les déclinent sont guidées par quatre fils rouge retenus par le rapport :

  • celui de donner le "pouvoir d’agir" aux personnes qui font le choix de l’habitat "accompagné, partagé et inséré dans la vie locale" (API), de chercher des réponses qui partent de leurs besoins ;
  • celui de partir du logement, plutôt que du handicap ou du grand âge ;
  • celui de ne pas faire de l’habitat API un isolat, voire un contre-modèle, mais au contraire de l’inscrire dans le paysage divers des modes d’habiter (domicile ordinaire, établissement médico-social, logement-foyer etc.) ;
  • celui, enfin, de proposer une "phase starter", d’une durée de quatre ans, pendant laquelle pourront se mettre en place, le cas échéant de manière provisoire ou transitoire, les premiers éléments juridiques et financiers de la stratégie nationale de déploiement.

Retrouvez l'intégralité du rapport en cliquant ici.