Menu

Recherche

La Tovertafel voit le jour durant le doctorat d’Hester Le Riche et la recherche reste au cœur de ce que nous faisons chez Active Cues. Nous pensons qu'il est important que la Tovertafel corresponde non seulement aux besoins des utilisateurs, mais également à ceux du personnel soignant et des familles.

Troubles cognitifs et Tovertafel

Recherche doctorale : conception ludique pour la stimulation En apprendre plus  
Les établissements comme environnements stimulants En apprendre plus 
Recherche : l’environnement est un contributeur actif En apprendre plus 
Conception des jeux et troubles cognitifs En apprendre plus 
Co-conception de la Tovertafel Original En apprendre plus 

Recherche doctorale : conception ludique pour la stimulation

Hester, la créatrice de la Tovertafel, a défendu sa thèse doctorale à l’Université Technologique de Delft avec ses recherches sur la Tovertafel. Dans les établissements médico-sociaux, 90% des résidents vivant avec des troubles cognitifs sont touchés par l’apathie. Le but des recherches de la thèse d’Hester était de réduire la passivité des personnes âgées souffrant de troubles cognitifs en développant un produit capable de stimuler l’activité physique et les interactions sociales.

 

Durant cette phase de recherche, elle a réalisé plusieurs études afin d’en apprendre plus sur les groupes cibles et leur situation de vie. Dans de multiples étapes de conception, toujours accompagnés de recherches scientifiques, ce que l’on nomme communément la “recherche par la conception”, le résultat final fut le concept de la Tovertafel d’Active Cues

Vous pouvez lire sa thèse doctorale ici

Recherce: les établissements comme environnements stimulants

Diverses études ont été réalisées sur l’environnement physique au sein des établissements de médico-sociaux concernant les mouvements des résidents au fur et à mesure des pertes cognitives. Nous avons réalisé une charte sur les effets reconnus des éléments physiques. Cet article a été publié dans le Journal of Applied Ergonomic.

  • Des résultats positifs ont été observés avec : de la musique, des adaptation fonctionnelles (par exemple, des aides à la mémoire ou des pointeurs) et la décoration des salles communes pour qu'elles ressemblent à une maison.
  • Des résultats globalement positifs ont été observés avec les modes de vie à petite échelle.
  • Des résultats mitigés ont été observés avec : des environnements multisensoriels (snoezelen), une lumière (très) brillante ainsi que des changements dans la configuration de l’établissement de soins.

Lisez la publication scientifique 

Recherche : L’environnement est un contributeur actif

À l’aide d’études qualitatives, nous avons étudié l’influence de l’environnement social sur les habitudes des personnes âgées tout au long de leur parcours. Comment l’interaction entre les résidents et le personnel soignant contribue-t-elle à la participation des résidents ? Nous avons interrogé les résidents et le personnel soignant, organisé des groupes de discussion, formulé des observations et suivi le personnel.

  • Le personnel soignant utilise 9 stratégies pour stimuler les résidents lors des pertes cognitives : utiliser l'humour et l'optimisme, sensibiliser, stimuler la confiance en soi, créer un environnement sûr, une attention personnelle, leur donner le temps de faire par eux même, adopter une position déterminée, « faire ensemble » et jouer avec leurs expériences.
  • Le fait que les résidents participent aux activités collectives ou à des sessions individuelles est fortement influencé par leurs réactions. Les résidents peuvent être coopératifs, disposés, hésitants ou oppositionnels.
  • Il existe des différences entre les membres du personnel soignant : certains membres du personnel ont une attitude plus distante, certains sont favorables et d'autres très encourageants.
  • Les résidents peuvent se stimuler ou se démotiver. Le contact mutuel est nécessaire pour faire les choses ensemble et se motiver, mais une atmosphère de démotivation mutuellement créée peut également émerger.

Cette recherche est débattue dans un chapitre de la thèse d’Hester Le Riche

Conception des jeux et troubles cognitifs

La détérioration du cerveau, conséquence des troubles cognitifs, influence la manière dont les personnes âgées perçoivent le monde qui les entoure, et donc leur façon de jouer aux jeux. Pour déterminer quels jeux sont adaptés aux personnes âgées aux différents stades de la maladie d'Alzheimer, Hester Le Riche, avec entre autres le professeur Erik Scherder, a examiné les travaux sur la neuropsychologie.

  • L’étape du parcours de la perte cognitive a une telle influence sur les jeux qu'il est impossible de concevoir un jeu pour toutes les personnes âgées vivant avec des troubles cognitifs variés.
  • Les expériences de jeu qui conviennent à toutes les étapes de la maladie sont : stimulation sensorielle, relaxation et réminiscence.
  • Les expériences de jeu qui conviennent aux personnes vivant avec des troubles cognitifs légers sont les suivantes : sympathie, soins, fraternité, expression, humour, érotisme, bouleversement et défi.
  • L'expérience du jeu type 'exploration' ne convient pasaux personnes vivant avec la maladie d'Alzheimer.

Lisez l’article scientifique publié dans l’International Journal of Design*.
Lisez la publication scientifique 

Co-conception de la Tovertafel Original

La Tovertafel Original est née de la collaboration des résidents des établissements Careyn. Cette méthode de recherche et de conception est appelée « conception participative » ou «co-conception». En intégrant le groupe cible dans le processus de conception, nous nous sommes assurés que les jeux étaient adaptés à ce que les personnes âgées peuvent faire ce qui leur plaît le plus.

  • Le jeu doit prendre l’initiative d’encourager les personnes âgées à y participer. Ils ne commenceront pas à jouer sans y être invité.
  • En rappelant continuellement aux personnes âgées ce qu’elles font, elles restent actives plus longtemps.
  • Les personnes âgées apprécient particulièrement les projections lumineuses riches en couleurs, en mouvement et en détails.
  • Rien ne peut mal se passer pendant la session de jeu. On crée ainsi un sentiment de sécurité où les utilisateurs sont libres de participer sans craindre de faire quelque chose de mal.
  • les personnes âgées vivant avec des troubles cognitifs variés signifient que personne n'est exclu. Cela crée une atmosphère détendue et positive 'd’être ensemble'.